Atlas Social du Mans

Enjeux d'aménagement et inégalités territoriales

Restructurations industrielles et recul des effectifs de la classe ouvrière sur l’agglomération mancelle

par Jean-Philippe Melchior

planche publiée le 28 octobre 2022

Table des matières

En quoi la baisse des effectifs de la classe ouvrière et le recul des activités industrielles au cours des quarante dernières années ont-elles modifié la réalité socio-spatiale de l’agglomération mancelle ?

1Globalement, à l’échelle nationale, 60 000 emplois dans l’industrie ont disparu chaque année, entre 1980 et 2010. À l’instar de nombreuses villes de tradition industrielle, Le Mans n’a pas échappé au processus de désindustrialisation qui se manifeste dès la fin des années 1970.

2Comme le soulignent très justement les auteurs du rapport de recherche réalisé par le GREGUM Le Mans à l’arrivée du TGV Atlantique datant de 1990, coordonné par Jacques Chevalier, p. 9 : « peu d’entreprises industrielles ont été épargnées par des restructurations et modernisations conduisant à des réductions d’emplois » sur l’agglomération mancelle.

Fig 1 - Entrée de l’usine Auto Chassis International (Renault) Le Mans

Image

Crédits : ESO Le Mans, S. Angonnet, 2022.

3Renault, principal entreprise manufacturière du Mans, a ainsi vu ses effectifs baisser très fortement. Comptant jusqu’à 10 000 salariés en 1975, le site n’en regroupe plus que 6 000 fin 1988, en raison des départs massifs par le biais des pré‑retraites à partir de 1985, et 2 200 en 2021. Alors qu’il est actuellement menacé par une nouvelle suppression de 377 emplois, des syndicalistes craignent même sa disparition à moyen terme. Par-delà l’érosion des effectifs dans cette entreprise emblématique du Mans qui a participé à son histoire et à son identité, la liste est longue des entreprises du secteur industriel qui ont fermé au cours des quarante dernières années et qui ont laissé de nombreux espaces disponibles.

En voici quelques exemples

4Le site Carel Fouché du Mans, spécialisé dès les années 1890 dans la construction de matériel roulant de chemins de fer, compte 700 salariés en 1981. Acquise par le groupe Creusot-Loire en 1983, il prend le nom de Constructions ferroviaires du Mans. En raison des graves difficultés du groupe Creusot-Loire, Jeumont-Schneider prend le contrôle en 1984 de Constructions ferroviaires du Mans (350 salariés) jusqu’à sa liquidation en juin 1988. L’usine du Mans ferme en décembre 1987 entraînant le licenciement des 283 salariés encore employés. En lieu et place du site, dans le quartier du Miroir, ont été construits le lycée Yourcenar et des logements.

5La manufacture des tabacs ouverte en 1884 et qui a compté plus de 600 ouvrier.es cesse d’être une usine de production en 1988. Désormais, le bâtiment accueille une centaine de salariés s’occupant de la distribution de cigarettes.

Fig 2 - L’ancienne Manufacture de Tabac au Mans, aujourd’hui utilisée par le groupe Altadis

Image

Crédits : Bailly G., Charpentier S., vue drone 2022.

6On peut également citer l’entreprise Maison Neyret, située rue de la Crochardière en centre-ville, qui a fermé en 1999 pour être transformée en un ensemble d’appartements.

Fig 3 - L’ancienne fabrique de gants Neyret

Image

Crédits : ESO Le Mans, S. Angonnet, 2022.

7Si la tentative de réindustrialisation adossée au secteur porteur de la téléphonie mobile a fait naître beaucoup d’espoir, l’épisode Philips a révélé, au cours des années 2000, la grande difficulté à maintenir durablement des entreprises soumises à la concurrence internationale. La multinationale néerlandaise Philips qui a amorcé son installation en 1996 le long de la route d’Angers, juste en sortie du Mans, en bénéficiant de 240 millions de francs d’aide publique, a compté jusqu’à 2 600 salariés. Après quelques années de fonctionnement, Philips signe un accord avec une entreprise chinoise au terme duquel la production de téléphones portables est transférée en Chine. En 2007, Philips met son site en vente et les 70 derniers salariés quittent le site en 2009. En 2012, Le Mans Métropole rachète le site qui accueille désormais l’équipementier automobile Dura qui compte 330 salariés, bientôt rejoint par quelques autres (Canon, Emitech).

Fig 4 - 15 000 m² de friche de Philips au Mans réutilisés, vue drone

https://atlas-social.univ-lemans.fr/art648industries/

Crédits : Bailly G., Charpentier S., vue drone 2022.

Fig 5 - Principaux établissements industriels du Mans en 2016

Image

Sources : Annuaire des entreprises, Samarcande, 2016.

8Pour clore cet aperçu sur la désindustrialisation du Mans, nous laissons très volontiers la parole aux rédacteurs du rapport cité de 1990 : « La désindustrialisation y a été d’autant plus sensible que la ville et sa couronne formaient un centre industriel de grande taille, équivalent à Nantes, et que ce sont surtout les grands établissements qui ont connu l’affaiblissement des effectifs le plus spectaculaire. Cette désindustrialisation, par ailleurs, fut vivement ressentie dans la mesure où ces grands établissements étaient profondément inscrits dans la réalité sociale de la ville, dans le vécu d’un grand nombre de salariés manceaux et, plus largement, sarthois ».

Pour citer ce document

Jean-Philippe Melchior, 2022 : « Restructurations industrielles et recul des effectifs de la classe ouvrière sur l’agglomération mancelle », in G. Bailly, A. Gasnier, S. Angonnet, Atlas Social du Mans [En ligne], eISSN : en attente, mis à jour le : 29/11/2022, URL : https://atlas-social-du-mans.fr:443/index.php?id=648, DOI : en attente.

Jean-Philippe Melchior

Maître de conférences, Le Mans Université, UMR 6590 Espaces et Sociétés (ESO)

Toutes les planches de l'auteur

Les derniers dépôts dans HAL-SHS de Jean-Philippe Melchior

9357402b82ba675edfff30d347b4162d
Jean-Philippe Melchior

Stanislas Charpentier

Ingénieur d'études, Le Mans Université, UMR 6590 Espaces et Sociétés (ESO)

Toutes les planches de l'auteur

Les derniers dépôts dans HAL-SHS de Stanislas Charpentier

691bab23a15290de95f669de58f319f2
Stanislas Charpentier

Guillaume Bailly

Maître de conférences, Le Mans Université, UMR 6590 Espaces et Sociétés (ESO)

Toutes les planches de l'auteur

Les derniers dépôts dans HAL-SHS de Guillaume Bailly

1c2a1ea0ddf2b3da7c4f2362346bd328
Guillaume Bailly

Résumé

En quoi la baisse des effectifs de la classe ouvrière et le recul des activités industrielles au cours des quarante dernières années ont-elles modifié la réalité socio-spatiale de l’agglomération mancelle ?

Statistiques de visites

Du au

* Visites : "Nombre de visites qui ont inclus cette page (planche) ou nombre de visites uniques. Si une page a été vue plusieurs fois durant la visite elle ne sera comptabilisée qu'une seule fois".
** Total : sur la période sélectionnée.
*** Hits : "Le nombre de fois que le site ou cette page a été visité(e)".