Atlas Social du Mans

Enjeux d'aménagement et inégalités territoriales

Gouvernance et gestion du circuit des 24 Heures du Mans

par Louis-Thibault Buron

planche publiée le 30 mai 2023

Créé en 1923, le circuit des 24 Heures du Mans présente la singularité d'être composé à la fois de routes départementales, parcourant cinq communes situées au sud du Mans, et de portions privées. Comment la gouvernance de ce circuit semi-permanent s’organise-t-elle entre acteurs publics et privés ? À qui appartient-il ? Quelle est la relation tissée entre les différents partenaires ?

Florian Doukhan, étudiant de 3e année de Licence de géographie au Mans, a réalisé son stage au laboratoire ESO. Il a participé au présent article.

1La gestion du circuit du Mans a évolué depuis sa création en 1923, au gré des acteurs en charge et des propriétaires qui se sont succédés. L’administration du circuit et l’organisation des événements qui s’y déroulent reposent actuellement sur la coordination de plusieurs entités rassemblées au sein du Syndicat Mixte du Circuit des 24 Heures du Mans ainsi que de l’Automobile Club de l’Ouest (ACO). Le syndicat regroupe Le Mans Métropole, le Conseil départemental de la Sarthe et le Conseil régional des Pays de la Loire. Ces deux derniers en sont membres au titre de leur compétence en matière sportive tandis que Le Mans Métropole est responsable du développement économique de son territoire. Cet ensemble d’acteurs a ainsi pour mission de fournir les outils nécessaires à la tenue des compétitions et des autres manifestations liées aux activités sportives et mécaniques.

Fig 1- Le circuit des 24 Heures du Mans

Image

Sources : Géoportail, 2022. Réalisation : L.-T. BURON, ESO Le Mans.

2Créé en 1985 consécutivement aux difficultés financières rencontrées par l’ACO, le syndicat a pour vocation de financer l’entretien et la modernisation des installations du circuit, dans un contexte de rigidification des exigences des différentes fédérations automobiles. Depuis lors, toutes les portions du circuit et les surfaces foncières inhérentes appartiennent au syndicat, auxquelles s’ajoutent les circuits Bugatti et Maison Blanche ainsi que le karting et l’aéroport.

Fig 2 - Répartition des financements du Syndicat Mixte des 24 Heures du Mans

Image

Sources : Syndicat mixte des 24 Heures du Mans, 2022. Réalisation : L.-T. BURON, ESO Le Mans.

3Ainsi, l’ACO n’est plus propriétaire du circuit et de ses infrastructures mais les loue au syndicat à travers un contrat de location (Bail emphytéotique) d’une durée de cinquante ans. Ce dernier permet à l’ACO d’exploiter le circuit du Mans mais lui impose aussi d’assurer son entretien, la modernisation et le renouvellement de ses équipements. S’ajoutent à cela, les travaux de mise en conformité destinés aux homologations réclamées par les différentes fédérations automobiles. À titre d’exemple, la location du circuit et de ses installations au syndicat représente un coût d’environ 2,5 M d’€ par an pour l’ACO.

4Afin de faire face à ses difficultés financières, l’ACO a diversifié ses sources de revenus, notamment à travers le dépôt de marques comme les « 24 Heures ». Ces actions lui permettent non seulement de retrouver une situation économique saine, mais elles lui offrent aussi davantage de latitude. Le club a ainsi pu racheter le musée automobile de la Sarthe au Département en 2016, dont il possédait déjà 85 % de la collection de véhicules, tout en prévoyant d’en doubler sa surface. L’ACO mène donc une politique visant à recouvrer progressivement la pleine propriété du circuit et des infrastructures attenantes.

5La notoriété conférée par les 24 Heures du Mans à la Ville et au Département, couplée aux interdépendances économiques, interroge cependant sur la relation tissée entre les différents acteurs impliqués et plus particulièrement sur le rapport entretenu par la Ville du Mans à l’égard de la course. Le retrait des plaques en bronze des pilotes, auparavant exposées dans le quartier Saint-Nicolas en centre-ville du Mans, la mise en place de ralentisseurs, réduisant les possibilités d’accès à la ville par les voitures de sport, ainsi que la relégation en périphérie de l’emblème des 24 Heures, sont autant de décisions, qui, aux yeux du grand public, apparaissent comme un souhait potentiel de découpler la ville de son circuit. En effet, cette publicité faite aux 24 Heures dans l’espace public pouvait être perçue comme un puissant vecteur de promotion et de célébration de l’automobile, dans un contexte inverse de favorisation des mobilités alternatives à la voiture individuelle.

Fig 3 - Plaques en bronze des pilotes des 24 Heures du Mans auparavant installées quartier Saint-Nicolas au Mans

Image

Crédits : L.-T. BURON, ESO Le Mans.

6Pourtant, le nouveau slogan de la ville du Mans « Of Course Le Mans », adopté par la majorité municipale en 2019, témoigne d’un attachement évident au circuit, tout en promouvant d’autres richesses patrimoniales, comme la cité Plantagenêt. On comprend alors que la course est valorisée sur le plan historique, et qu’elle constitue une des facettes de l’identité de la ville. La municipalité prévoit le retour des plaques des pilotes à l’occasion du centenaire des 24 Heures (2023) entre le parvis de la gare et la Préfecture. Le square Léon Bollée a récemment bénéficié d’une restauration afin de créer un parcours faisant référence à l’automobile, de la gare jusqu’au centre-ville. Par ailleurs, des événements clefs des 24 Heures, tels que le pesage des véhicules concurrents place de la République ainsi que la parade des pilotes, sont localisés dans l’hypercentre manceau. Le tramway manceau rend également hommage à la course à travers une rame nommée « 24 Heures du Mans » mise en service en 2010 et certaines arborent une livrée spécifique dédiée au 24 Heures depuis avril 2023. Autant d’initiatives qui montrent que la municipalité souhaite que Le Mans reste la ville de l’automobile et de l’innovation.

Fig 4 - L’effigie du nouveau slogan de la ville du Mans, parvis de la gare

Image

Crédits : F. DOUKHAN, ESO Le Mans.

7Au total, la course des 24 Heures du Mans représente des intérêts économiques et touristiques majeurs pour la ville et sa région, expliquant l’engagement des partenaires cités pour sauver l’épreuve dont l’existence était menacée durant les années 1980. Chaque année, les manifestations liées aux 24 Heures attirent plusieurs centaines de milliers de visiteurs, générant des retombées positives importantes pour les collectivités concernées. Cependant, la gestion de ce site exceptionnel nécessite une coordination étroite entre les différents acteurs publics et privés impliqués. Le rétablissement financier de l'ACO et le maintien de la course n’auraient pas été possibles sans le concours des acteurs publics. Le soutien politique est également primordial et semble évoluer vers une plus grande acceptation de l’identité automobile du Mans, à moins qu’il ne s’agisse d’un effet d’aubaine.

Fig 5 - Une rame du tramway manceau et sa livrée dédiée aux 24 Heures du Mans

Image

Crédits : F. DOUKHAN, ESO Le Mans.

Fig 6 - Vues drones du Circuit des 24 Heures du Mans

1 - Ligne droite des stands.

Image

2 - Chicane Dunlop.

Image

3 - Courbe Dunlop à la sortie de la ligne droite des stands.

Image

Vue drone du circuit des 24 Heures du Mans depuis l'aérodrome.
Dans l’ordre d’apparition :
1 - Ligne droite des stands ; ;
2 - Chicane Dunlop ; ;
3 - Vue de la ligne droite des stands depuis la courbe Dunlop.

Crédits : Bailly G., Charpentier S., vue drone 2022.

Pour citer ce document

Louis-Thibault Buron, 2023 : « Gouvernance et gestion du circuit des 24 Heures du Mans », in G. Bailly, A. Gasnier, S. Angonnet, Atlas Social du Mans [En ligne], eISSN : 2968-0247, mis à jour le : 25/05/2023, URL : https://atlas-social-du-mans.fr:443/index.php?id=841, DOI : en attente.

Autres planches in : Aménagement

La prison de Coulaines, une prison en rase campagne, G. Billard, 2012.

La maison d’arrêt « Les Croisettes » : une mise à la marge contrainte ?

par Jean-Philippe Melchior et Gérald Billard

Voirla planche intégrale 

Carte : L.-T. Buron, 2023.

Le circuit des 24 Heures du Mans, retour sur cent ans d’histoire

par Louis-Thibault Buron

Voirla planche intégrale 

Source : IGN, 2023.

Du projet de zone commerciale au contre-projet alternatif d’agriculture de proximité

par Arnaud Gasnier

Voirla planche intégrale 

Carte : J. Leroy.

L’hégémonie de l’automobile dans l’aire urbaine du Mans

par Jean Leroy

Voirla planche intégrale 

Photo : J. Leroy.

L’autopartage électrique Mouv’nGo : une mobilité vertueuse dans le périurbain manceau ?

par Jean Leroy

Voirla planche intégrale 

Mots-clefs

Index géographique

Résumé

Créé en 1923, le circuit des 24 Heures du Mans présente la singularité d'être composé à la fois de routes départementales, parcourant cinq communes situées au sud du Mans, et de portions privées. Comment la gouvernance de ce circuit semi-permanent s’organise-t-elle entre acteurs publics et privés ? À qui appartient-il ? Quelle est la relation tissée entre les différents partenaires ?

Statistiques de visites

Du au

* Visites : "Nombre de visites qui ont inclus cette page (planche) ou nombre de visites uniques. Si une page a été vue plusieurs fois durant la visite elle ne sera comptabilisée qu'une seule fois".
** Total : sur la période sélectionnée.
*** Hits : "Le nombre de fois que le site ou cette page a été visité(e)".